MARIOT CHANET / ENCENS n°31 – 2014

photo 1‘On était un peu des stakhanovistes du vêtement sans coutures, sans pinces, quasiment sans rien. Bon, aujourd’hui, je crois que ça ne passerait plus. Mais à l’époque, les gens étaient intrigués. Les années 80 avaient dépassé le seuil de l’overdose. Tout le monde était à la recherche de plus de simplicité. Et donc, on nous a tout de suite positionnés dans la catégorie des doux dingues du dégré zéro’.